Commentaire de dégustation : Prunelart – AOC Gaillac – 2008 par Alexandre CORRET

Le vin présente une robe profonde intense, qui laisse présager des tanins bien présents ; le disque violine témoigne de la jeunesse, et l’année 2008 confirme l’analyse. Le vin est brillant limpide, tranquille et ne présente aucun défaut visuel. Notre verre laisse apparaitre de belles longues larmes colorées. Léger signe de perlage.

Le premier nez dévoile des notes de fruits intenses, fruits noirs, la prune n’est pas exclue de ce nez. Il est commun d’observer que des noms de cépages rappelant un fruit rappellent souvent au nez ces mêmes senteurs. Peut-être même que cette prune à des accents de pruneau, la cerise burlat également. Ce premier nez présente également des parfums liés à l’élevage : notes de torréfaction, épices délicates, goudron qui sont des notes empyreumatiques.

A l’aération, les mêmes parfums se manifestent, le côté fruité s’affirme un peu plus. Nous sommes en présence d’un nez assez fermé.

L’attaque en bouche est franche, solide, on observe une belle trame tannique soutenue par une fraîcheur vive ! Les tanins sont assez enrobés. La sensation de chaleur est  importante. La bouche est réellement fruitée : prune, cassis ; épices, réglisses … Les tanins sont fondus malgré la profondeur de la robe. En revanche, en finale, une pointe d’amertume (liée à la jeunesse et à l’élevage) modère  une dégustation agréable.

 

C’est un vin charpenté qui appréciera une évolution en cave de 5 années, ou bien un bon carafage 1 heure en avance. Vous pourrez apprécier ce vin à une température de 16°-18° (pour limiter l’effet de l’alcool) avec un lapin aux pruneaux par exemple ou encore avec un quasi de veau aux morilles.

 

Ce cépage est issu de la famille des Cotoïdes comprenant le Tannat, le Côt, la Negrette, cépages emblématiques du Sud Ouest) Il est issu de l’AOC Gaillac présentant la plus grande diversité de cépages cultivé et d’AOC en France.

 


Laisser un commentaire